Médecine douce

Riches en principes actifs, les plantes sont utilisées en médecine douce depuis bien longtemps maintenant. Appelé phytothérapie, il s’agit d’une alternative naturelle qui présente de nombreux avantages. Zoom sur les points essentiels à retenir.

Quelques mots sur la phytothérapie

Venant des mots grecs phyton et therapia qui signifient respectueusement plantes et soigner, la phytothérapie est une médecine qui utilise des plantes et ses extraits. Notamment de prévenir les maladies ainsi que soulager les maux. C’est une médecine conventionnelle reconnue par l’OMS.

En outre, la phytothérapie utilise plusieurs approches. Cela dit, les phytothérapeutes ne s’intéressent pas tous à un même aspect des maladies. En effet, certains se concentrent sur l’effet et le résultat du traitement dont les plantes sur les patients. C’est ce qu’on appelle une approche holistique.

D’autres préconisent plutôt les symptômes. Dans ce cas, le but est plutôt de trouver une certaine harmonie entre le corps et l’esprit. C’est pour cela qu’avec cette approche, on tente de résoudre les problèmes par leur source. On se base sur les connaissances biochimiques.

Enfin, il y a les herboristes qui, désormais tissent une collaboration de plus en plus étroite avec la chimie. C’est pour cette raison qu’on retrouve aujourd’hui des produits de la phytothérapie sous des formes modernes si l’on peut ainsi le dire.

Les enjeux

La phytothérapie trouve son premier intérêt dans le fait qu’elle utilise des ingrédients naturels dont les plantes et ses extraits. Il y a donc moins de produits chimiques. Les effets secondaires sont de ce fait réduits. Cependant, il importe de souligner qu’il y a tout de même des contre-indications. En effet, le naturel ne veut pas forcément dire gage d’innocuité.

Ceci dit, les principes actifs des plantes peuvent être nocifs et toxiques. C’est en même temps un médicament et du poison. Il y a plusieurs paramètres qui entrent en compte. A savoir le dosage, la technique d’extraction des principes actifs utilisée, le mode de stockage, les éventuelles interactions avec d’autres actifs, etc.

C’est pour toutes ces raisons qu’il est fortement déconseillé de s’aventurer tout seul et s’auto soigner avec les plantes. En étant une médecine dont une science comme toute autre, il est recommandé de toujours demander l’avis d’un spécialiste. De même, il est important de bien respecter les doses et le mode d’emploi.

Les cas

Il importe de souligner que la phytothérapie s’utilise plutôt en accompagnement d’un traitement. Notamment pour soulager les maux et guérir certains troubles. Par exemple, pour le cas d’un cancer, la phytothérapie est utilisée pour soulager le patient des effets du traitement. Dans la majorité des cas, on l’utilise d’une façon saisonnière pour soulager les problèmes saisonniers : troubles circulatoires d’été, le renforcement de l’immunité en automne, les douleurs articulaires, etc.

Par ailleurs, la phytothérapie est également utilisée pour améliorer le confort au quotidien. Pour réduire le stress et l’anxiété, améliorer le sommeil, pour retrouver l’appétit ou tout simplement un équilibre digestif, pour vaincre les sautes d’humeur ou encore régler les problèmes de mémoire, etc. Une alternative naturelle qui en vaut la peine d’être essayée.